Le Var en 1805

 

Extrait du document « Statistique générale de la France, publiée par ordre de sa Majesté l’Empereur et Roi, sur les Mémoires adressés au Ministre de l’Intérieur, par MM. Les Préfets dont M. Fauchet, Préfet du Va»

 

Le verre blanc de Turis

 

page 13 et page 14: « A l’entrée des vaux d’Ollioules, sur la route de Marseille à Toulon, on voit une masse de grès blanchâtre, principalement formée de grains de quartz fort petits ; elle occupe le flanc d’une montagne calcaire, et ne présente ni couches ni retraits : on y voit plusieurs niches qu’on croiroit percées par la main des hommes ; quelques-unes sont ouvertes à jour. Ces accidens ne surprennent plus, lorsqu’on sait que cette roche est fort tendre, et que le ciment qui la lie renferme beaucoup de grès ; on la brise facilement, elle fournit alors un excellent sable pour bâtir. Ce banc s’étend vers le couchant, et paroît par intervalles dans les ravins du territoire de la Cadière, jusqu’au bois de Conil. La même espèce se retrouve au pied des montagnes situées au nord d’Evenos, dans les bas-fonds de territoires de Broussan et de Turis, et à Saint-Zacharie sur le flanc de la Sainte-Baume ; le sable quartzeux qu’on en retire, lorsqu’il a été lavé, est propre à faire du verre blanc. »

 

Le Laz

 

page 36 : « Le Laz : sa source est dans les montagnes du Revest ; son embouchure, dans la rade de Toulon. Sa direction est du nord au sud sur une longueur de 13,869 mètres. Ses plus hautes eaux sont de 42 mètres cubes ; celles ordinaire d’hiver de 3 mètres, et les basses de 1 mètre.

Ce cours d’eau met en mouvement les forges, les clouteries, les martinets de l’arsenal maritime de Toulon, et arrose en outre 10,000 ares de terres. »

 

Le Revest

 

Page 112 : « Le Revest : village à 6 kilomètres de Toulon, dans les montagnes calcaires et nues, au nord de cette ville. Population, 562 individus. Il profite peu de la belle source qui naît dans son territoire, parce qu’elle coule dans une vallée très resserrée. Il y a une mine à houille près du village. Le blé, l’huile et le vin sont ses principales productions. »

 

Imprimé chez Testu, imprimeur de sa Majesté en MDCCC V (1805)

 

Retour vers Sommaire "Balade au Château de La Ripelle"