LES FOURS A CHAUX

 

 

Les fours à chaux bâtis en pierres très épaisses pouvaient avoir des formes différentes. Les plus répandus ressemblaient à de grosses cheminées cylindriques favorisant une répartition équilibrée de la chaleur produite par le combustible (du bois).

C’est une calcination en fosse qui évitait des  frais de construction mais imposait une conduite très délicate du feu.

 

Les fours à chaux étaient souvent construits :

·        sur les lieux d’extraction du matériau de base (le calcaire),

·         près d’un lieu boisé pour le combustible,

·         et accessibles par un moyen de transport (charrettes, tombereaux) pour la récupération de la chaux.

Ils étaient souvent réalisés à mi-pente facilitant le chargement en pierres à calciner par la plate forme supérieure et facilitant l’évacuation de la chaux par un chemin charretier en contre bas.

Les parois du foyer des fours étaient parfois protégées par des briques réfractaires.

 

Le chaufournier était chargé du bon fonctionnement du four à chaux. Il chargeait le four en pierres à calciner et en bois. Puis, il recouvrait de terre les pierres à calciner. Il allumait le feu dont la chaleur devait atteindre progressivement 950°. Cette température devait rester stable pendant une centaine d’heures. Les pierres laissaient échapper du gaz carbonique : alors le calcaire se transformait en chaux vive.

 

La chaux avait des usages multiples. Agent actif, elle était utilisée pour :

·        la tannerie,

·        la savonnerie,

·        la papeterie,

·        la composition de médicaments,

·        des usages agricoles,

·        le badigeonnage des murs,

·        Le mélange sable/chaux était l’utilisation la plus répandue dans notre région. Le mortier obtenu a permis la construction de nos maisons.

 

 

Sources : Cahier de l’ASER n°10, page 73 à page 80 – 1997

 

Retour vers Sommaire Le Grand Cap